Ecran Mobile
Business

Le mobile va t’il faire sauter les banques ?

Rédigé par le Lundi 29 Novembre 2021



Retrouvez la chronique Mobile Business de Jérôme Bouteiller, diffusée dans l'émission Smart Tech de Delphine Sabattier, sur BSMART
 
 
👩🏻‍🦰 C’est l’heure de notre chronique Mobile Business avec Jérôme Bouteiller, fondateur d’EcranMobile.fr, qui se demande cette semaine si le mobile et les Neo-banques ne vont pas remplacer les banques traditionnelles. Une question que vous vous étiez déjà posé l’année dernière si je ne me trompe pas
 
🧔🏻Bonjour Delphine ! Effectivement nous avions déjà parlé d’Ant Financial, la banque mobile du groupe Alibaba, qui visait une valorisation boursière de 300 milliards de dollars, ce qui lui aurait permis d’être le premier groupe financier au monde.
 
Dans l’intervalle, l’introduction en bourse a été annulée, la capitalisation d’Alibaba a fondu, et Jack Ma, son fondateur, fait depuis profil bas.
 
Mais le faux départ d’Ant Financial ne doit pas masquer pour autant le succès insolent des néo-banques, partout sur la planète.
 
👩🏻‍🦰 Quels sont les derniers chiffres ?
 
🧔🏻Selon les chiffres agrégés par App Annie, le volume de téléchargement des applications financières atteint les 1,47 milliard dont 264 millions pour les seules « néo-banques ».
 
Cela représente moins de 1% du total des téléchargements mais ce segment connait une croissance très forte, de l’ordre de +21% pour l’ensemble du segment, et même de +25% pour les né-banques.
 
Et les pays qui plébiscitent ces nouvelles banques sont l’Indonésie, la Chine, le Brésil et surtout l’Inde, un pays faiblement banalisé, qui représente à lui seul plus de la moitié de ces téléchargements.
 
👩🏻‍🦰 Et en France ?
 
Si le secteur bancaire est traditionnellement dominé par les grands groupes bancaires comme le Crédit Agricole, la Banque postale ou la Caisse d’Epargne, les néo-banques font néanmoins une percée.
 
Paypal par exemple, est désormais la 3e application la plus utilisée, et la première en téléchargements. Et ce classement par téléchargements permet également de mesurer la montée en puissance de Tricount, Lydia ou encore Paylib, qui dépassent désormais des géants historiques tels que la Banque Postale ou la Caisse d’Epargne.
 
D’ailleurs, la France se classe deuxième mondiale des pays comptabilisant le plus de téléchargements de néo-banques avec 13% de part de marché, deux fois plus que les Etats-Unis. 
 
👩🏻‍🦰 Comment expliquer un tel succès ?
 
🧔🏻La première explication tient généralement aux coûts. Les néo-banques ont des équipes réduites, avec des applications qui ont remplacé les agences, ce qui leur permet d’être gratuites pour le grand public, ou très accessibles pour les professionnels.
 
La seconde explication tient également à leur ergonomie. Elles ont été pensées pour le mobile, généralement sous forme d’une application, et permettent de réaliser l’ensemble de ses opérations très rapidement, depuis son smarpthone.
 
La troisième explication provient des fonctionnalités, avec par exemple la prise en charge des cryptomonnaies comme pour Paypal, Binance, Cypto.com ou encore Coinbase.
 
👩🏻‍🦰 Et quel est le poids financier de ces banques mobiles ?
 
🧔🏻 Et bien il a explosé ces dernières années. On parle de valorisations de 9 milliards de dollars pour les allemands de N26, de 25 milliards de dollars pour les américains de Chime, de 33 milliards de dollars pour les britanniques de Revolut et de près de 55 milliards de dollars pour les brésiliens de Nubank.
 
Si la valorisation boursière d’Ant Financial a fondu suite aux sanctions de Pékin, on l’estime tout de même à près de 150 milliards de dollars, soit le double du groupe français BNP Paribas, et un niveau équivalent à des poids lourds de Wall Street tels que Morgan Stanley ou Goldman Sachs.
 
Les plus grandes banques du monde restent les chinois ICBC, ou l’américain JP Morgan, avec des valorisations de l’ordre de 400 milliards de dollars, mais elles pourraient un jour être rattrapées par ces néo-banques mais également par les GAFAS, aux valorisations supérieures, et qui ne cachent plus non plus leurs ambitions dans un secteur, qui pèse désormais près de 15% de l’économie mondiale.
 


 



Technologies | Entretiens | Usages | Business | Revue de web | Focus


Inscription à la newsletter

Recherche Archives





News mobsuccess


Les annonces