Ecran Mobile
Entretiens

Checkpoints Race - Pivoter pour mieux régner

Rédigé par le Vendredi 5 Juin 2015 | Lu 2666 fois

Au début du printemps, je suis parti à la rencontre de Jean-Baptiste Brette, chez Checkpoints factory. Quelques jours avant notre rencontre, l'entreprise qui va sortir une application de running connecté, venait de subir un cuisant revers de business plan: la campagne de financement participatif qui devait les lancer définitivement, s'achevait sans atteindre l'objectif. Branle-bas de combat, pour rapidement... "pivoter", et donner vie au projet qui leur tient à coeur.



Les bons concepts ne suffisent pas toujours...

Début 2014, Jean-Baptiste Brette et ses collaborateurs réunis dans la startup Checkpoints factory, sont confiants. Ils ont un "putain de concept" comme on dit quand on est entre soi: transformer le running, activité éminemment personnelle même si parfois connectée à un smartphone. Créer du liant entre potes là où l'essentiel du "social" dans les applis connectées actuelles consiste à se la raconter un maximum en postant un "je viens de courir 7,8 km à la vitesse de 5,3 km/h de moyenne, tocard, tu crois que tu peux me battre?"'.

Pour transformer cette activité souvent individualisante en sport collectif, les créateurs imaginent une application qui d'abord viendrait chapeauter toutes les applications de running existantes et serait capable d'en extraire les données de course afin de permettre à plusieurs coureurs, pas forcément dotés des mêmes appareils et applications, de comparer leur performances sportives. Déjà, ce n'est pas une mince affaire technique.

Mais ils vont plus loin: Sur base de cette capacité à aller collectionner des données, ils se disent qu'ils pourraient rassembler des équipes virtuelles de cinq coureurs bien réels, dont les scores cumulés seraient comparables avec ceux d'une autre équipe, dans l'immeuble d'à côté ou à l'autre bout de la planète.

Puis ils déroulent l'idée du challenge collectif et poussent leur concept vers l'idéal, en se disant que pour pousser toutes ces équipes à se former d'abord, puis à concourir l'une contre l'autre, il faudrait leur donner une carotte, un prix, un graal. En bons compétiteurs, ils imaginent que seules les meilleures équipes régionales ou mondiales pourraient se qualifier via l'appli, pour participer ensuite à une événement réel, balisé in situ, à un endroit précis et une date précise, sorte de point d'orgue de leur dépassement sportif repéré par l'application.

​Les startuppers démarchent les investisseurs et les agences mobiles capables de donner corps à leur technologie d'agrégation des données de tiers. Le discours prend et la petite bande lève un premier round de financement. Ils trouvent des relais médias à leur concept. Tout semble partir sur les bons rails.


Intégrer un volet "financement participatif" au round de financement

Pour pousser plus loin leur idée d'aboutissement en une course réelle, et pour sortir une application qui soit vraiment conforme à leurs attentes, ils décident de confier une partie du financement du projet (salaires, coût des données, marketing, développement, événementiel ...) à une plateforme de financement participatif. L'idée est de rassembler une communauté de runners convertis au concept qui croient au projet de course réelle où l'inscription se fait via la participation à la première version de l'application. Y croire suffisamment pour aller jusqu'à payer une somme modeste pour que voie à la fois le jour l'application de qualification mondiale à la course et la course elle-même qui se promettait d'être un summum médiatique de running connecté. Y croient assez surtout, pour permettre à ce projet ambitieux -dont le point d'orgue doit être cette course dans le monde réel - de voir le jour dans les meilleures conditions d'organisation et de support possible.

Malheureusement, le financement participatif n'atteint pas son objectif.  Et l'entreprise est obligée de penser à "pivoter" sans doute plus rapidement que ne le prévoyait le business plan préalable. Le pivot dans leur cas, viendra par le B2B, volet secondaire de l'idée de départ, qui devait croître, j'imagine, avec les retombées médiatiques de la première course connectée dans le monde réel. 

Pour lancer l'appli, que la jeune pousse pressent unique en son genre, et donner du corps (un autre certes, mais du corps quand même) à ce concept qu'ils sentent porteur, ils repoussent le côté événementiel grand messe à plus tard. Les "événements" consisteront d'abord  en des rendez-vous virtuels intégrés à l'application, qui verront s'affronter les meilleures équipes en des poules qualificatives. L'équipe gagnante ne passera pas à la télévision dans un premier temps, mais pourra faire bisquer l'ensemble de la communauté qui a participé à l'épreuve virtuelle. "Hé ouais, mes potes et moi on passe les phases qualificatives, mec, on est en huitième face à une équipe d'Allemands!"

Et à créer ces rendez-vous virtuels, Checkpoints race /factory imagine dès lors des solutions sur mesure pour les entreprises d'un même groupe réparties en France ou dans le monde. La course connectée N de la marque X se déroule à une date convenue en commun avec la comm interne et les RH du groupe X qui a deux sites en France et 18 de par le monde. Les équipes de salariés se forment, et démarrent la compétition contre le bureau d'Orléans ou d'Espagne qui participent au même défi sportif. Les salariés consultent l'avancement de la course d'entreprise via l'application et renforcent le sentiment d'appartenance à une équipe locale, contre un autre bureau du groupe, celui de la direction du marketing face aux équipes de production etc.

 


Discuter sans langue de bois, de la remise de l'ouvrage sur le métier

​Quand j'ai quitté Jean-Baptiste, à la toute fin de l'hiver, les développeurs travaillaient d'arrache pied, afin de sortir une application visuellement impactante et pertinente, avant l'été. On y est presque.

Parallèlement à la finalisation des développements, 
Checkpoints factory fait la pédagogie de son application et de ses services de Team Building par le sport aux entreprises cible, Autant de partenaires potentiels qui valident le concept sur papier, pour les aider à sortir cette app ambitieuse.

Nous proposons une animation team-building 2.0 autour du running. La course à pied est un véritable phénomène de société, plus de 9 millions de runners en France actuellement dont 80% sont équipés de smartphones. Nous proposons un défi digital ludique et innovant pour fédérer les salariés et renforcer le sentiment d'appartenance.

Le produit : une application mobile aux couleurs de l'entreprise qui structure et organise la compétition (éditée en store privé).

La nature du défi : un challenge en équipe où chacun s’engage physiquement pour faire gagner son entité/département.

Les services : un programme d’animation clé en main, sans nécessité de mobiliser un chef de projet en interne. L’ensemble est totalement déployé et opéré par nos soins.

La durée de la compétition : 3, 6 ou 9 mois selon la formule choisie. 

A qui s’adresse le challenge ? 
A tous les salariés. Les compétiteurs contribuent à mettre en valeur l’entité/département qu’ils défendent suivant leurs capacités physiques. Les salariés supporters interagissent aussi sur le classement de leur entité/département.

L’originalité : Les compétiteurs sont reliés par l’application, sans contraintes d’organisation et ils partagent l’histoire de la compétition où qu’ils soient. Un défi digital « hors sol » qui relient les hommes/femmes avec facilité, même s’ils sont éloignés physiquement (le team-building 2.0). 

Les bénéfices pour l’entreprise : fédérer les salariés autour d’un défi sportif commun, renforcer le sentiment d’appartenance, promouvoir le sport en entreprise, sensibiliser les salariés à la transformation digitale en cours.

L’engagement solidaire de l’entreprise : facilement paramétrable si l'entreprise souhaite récompenser l’engagement physique des salariés en le corrélant à un don au profit d'une association caritative (en fonction des km enregistrés par exemple).

Le discours prend. L'application verra le jour avant l'été.

Les plans ont changé, mais pas l'envie de sortir ce joli projet de running connecté. J'aime bien quand l'esprit de compétition qui est au centre du fonctionnement de l'app est aussi un des éléments constitutifs de son mode de création. Je leur souhaite le meilleur.


Retrouvez ci-dessous l'entretien réalisé pour Ecran Mobile, avec Jean-Baptiste
 


Plus +



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Technologies | Entretiens | Usages | Business | Revue de web


Inscription à la newsletter

Recherche