Ecran Mobile
Entretiens

Bruno LUSSATO : "Wistiki a été l'objet connecté le plus vendu en France en 2015"

Rédigé par Ecran Mobile le Lundi 24 Octobre 2016 | Lu 1107 fois

Co-fondateur et directeur général de Wistiki, Bruno Lussato revient sur la stratégie et les choix technologiques de cette nouvelle marque à l'origine d'un porte clef connecté, vendu à plusieurs centaines de milliers d'exemplaires.



Bruno LUSSATO
Bruno LUSSATO
Wistiki en chiffres ?
 
BL - Nous ne communiquons pas sur les chiffres précis de vente mais, avec plusieurs centaines de milliers d'unités écoulés, Wistiki a été l'objet connecté le plus vendu dans la grande distribution en 2014 et 2015. Nous avons par ailleurs une communauté Facebook de plus d'un million de membres, qui ont sans doute été séduits par la simplicité de notre produit : un porte clef géolocalisable avec son smartphone, et qui permet de ne plus jamais perdre ses clefs.
 
Quels ont été vos choix technologiques pour ce produit ?
 
BL - Nous avons retenu la technologie Bluetooth Low Energy, car elle consommait peu d'énergie et surtout qu'elle était compatible avec pratiquement tout le parc de smartphones. Mais nous travaillons avec Objenious, une filiale de Bouygues Telecom, sur une nouvelle génération d'objets qui intégreront la technologie LORA et qui devrait permettre de faire du tracking en temps réel, sans abonnement.
 
En quoi l'IOT change votre relation avec les distributeurs ?
 
BL - Un objet connecté ne se limite pas au matériel et il faut prendre en compte le logiciel embarqué mais également l'application pour smartphone. Cela fait beaucoup de problématiques pour les fabriquant mais également pour les distributeurs, d'autant plus que ces produits sont encore nouveaux pour les consommateurs.
 
Pour le moment, la grande distribution mise sur la pédagogie, au travers de PLV ou de rayons dédiés aux objets connectés. Mais il faudra faire encore beaucoup de formation et de pédagogie à mesure que ces objets se multiplieront.
 
La conception d'un objet connecté diffère t-elle de celle d'un objet classique ?
 
BL - Nous n'avons pas cherché à concevoir un produit mais plutôt à répondre à un problème clairement identifié : la peur de perdre ses clefs ou de ne pas pouvoir les retrouver.  Au début, nous ne savions pas si nous allions concevoir un produit ou un service mais au final, Wistiki combine du matériel, un porte clef connecté, du logiciel, avec notre application pour smartphones, mais surtout une véritable communauté - nous parlons de CrowdGPS-, qui va contribuer à retrouver les objets perdus en passant à proximité. C'est une fonction d'entraide passive mais qui est centrale dans la réussite de notre service.
 
Comment vos utilisateurs réagissent ils à l'exploitation de leurs données ?
 
BL - Sans partage des données, le service de géolocalisation des objets ne fonctionnerait pas et nous essayons d'être très clairs avec nos clients, en leur expliquant que c'est clairement leur intérêt de partager cette information.
 
Globalement, le consommateur a besoin de comprendre pourquoi nous utilisons ces données. Et si nous ne sommes ambigus sur cette question, cela peut entrainer de la méfiance, en particulier de la part des plus âgés. Il faut donc être transparents.
 
Allez vous introduire de nouveaux services automatisés, basés sur l'exploitation de ces données ?
 
BL - Oui, dès lors que la donnée existe, elle permet de concevoir de nouveaux services. Pour nous il ne s'agit plus seulement de retrouver un trousseau de clefs égaré mais d'être en mesure d'anticiper, en notifiant le consommateur si il s'éloigne anormalement de ses clefs. Cette offre existe déjà chez Wistiki mais nous allons très certainement la développer pour simplifier le quotidien de nos centaines de milliers de clients.

Interview extraite du guide IOT de la Mobile Marketing Association France


Tags : iot, wistiki


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Technologies | Entretiens | Usages | Business | Revue de web


Inscription à la newsletter

Recherche