Ecran Mobile
Business

Audiences, Pub : Comment le mobile a profité d’un monde immobile

Rédigé par Ecran Mobile le Mardi 1 Septembre 2020

Alors que la moitié de la population mondiale était « immobile », confinée à la maison pour cause de Covid-19, c’est paradoxalement un écran mobile, celui du smartphone, qui s’est imposé comme le premier écran.



Selon une étude réalisée par Médiamétrie en juin dernier, les Français passent en moyenne 1h51 chaque jour sur leur smartphone ou leur tablette soit 76% de leur temps d’écran digital. Chez les 15-34 ans, cela représente même jusqu’à 87% du temps d’écran avec une moyenne de 3 heures et 8 minutes chaque jour. Et selon une autre étude réalisée par App Annie, 10% des mobinautes Français passeraient même plus de 6 heures chaque jour sur leur smartphone. 
 
Un engouement pour le mobile qui s’observe dans l’audience des médias
 
Selon l’ACPM,  l’Alliance pour les Chiffres de la Presse et des Médias, le mobile représente désormais 45% des audiences des journaux contre 30% pour le papier, 18% pour l’ordinateur ou encore 8% pour les tablettes.
 
Près des deux tiers des Français lisent désormais la presse sur leur smartphone, et les médias ont vu ces dernières années leur audience mobile littéralement exploser.
 
Selon une seconde étude réalisée en juillet dernier par ce même ACPM, 76% des visites digitales se font désormais sur des environnements mobiles, comme les applications ou les sites web mobiles, avec des pointes à 85% pour SudOuest.fr, 88% pour LCI et même 93% pour BFM TV. 
 
 

​Une bascule des audiences qui a une incidence sur les chiffres du marché publicitaire

Selon l’observatoire de la publicité digitale, réalisé par le SRI, le mobile capte désormais 955 millions d’euros soit 52% des investissements publicitaires dans le display ou la vidéo, 1,55 milliard soit 63% des « liens sponsorisés » qui s’affichent sur les moteurs de recherche et même 1,3 milliard d’euros soit 92% des publicités natives des réseaux sociaux. 
 
Au global, le mobile capte désormais 3,42 milliards d’euros soit 66% des investissements digitaux réalisés chaque année en France.
 
C’est un chiffre en très forte progression, de près de 40%, qui permet d’ailleurs à la publicité mobile de passer non seulement devant la publicité sur ordinateur (2,4 Md €), mais également devant la pub TV (3,3 Md€),  qui dominait ces classements depuis près d’un demi-siècle.
 
 

​La télévision détrônée par le mobile

Une réalité évoquée l’année dernière par Mary Meeker, célèbre analyste américaine, qui expliquait que le mobile avait rattrapé la télévision, en représentant environ un tiers des usages et des investissements aux Etats-Unis.
 
Et la bascule a bien eu lieu au cours des derniers mois, aussi bien en France qu’aux Etats-Unis, avec un mobile qui devient le premier écran, aussi bien en terme d’usages que d’investissements publicitaires.
 
Selon Médiamétrie, les plus jeunes téléspectateurs passent ainsi 3 heures par jour sur l’écran de leur mobile contre environ 1h43 pour celui du téléviseur.
 
 

​Une crise qui renforce le mobile

Avec un PIB qui devrait reculer d’environ 11% en 2020 en raison de la crise du Covid-19, les publicitaires anticipent une baisse du marché de près de 15% cette année mais seulement de 6,7% pour la pub digitale.
 
Le mobile pourrait même être le seul écran à progresser en 2020, au plus grand bénéfice d’ailleurs des géants américains et chinois qui captent plus de 90% des recettes de la publicité mobile.
 
Pour les médias historiques et notamment les grands groupes audiovisuels européens, l’heure est à donc à la délinéarisation, au portage de leurs contenus sur une multitude d’écrans et plus globalement à la « mobilisation générale», comme le fait d’ailleurs très efficacement bSmart depuis son lancement en juin dernier.


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Technologies | Entretiens | Usages | Business | Revue de web | Focus