Ecran Mobile
Entretiens

Patrick Mareuil, Airship : «Pour beaucoup de nos clients, les notifications sont désormais la première source de trafic »

Rédigé par Ecran Mobile le Vendredi 13 Mars 2020

Managing Director EMEA d’Airship, Patrick Mareuil revient sur l’engouement des marques pour les push notifications et apporte quelques clarifications relatives aux dernières annonces d’Apple concernant ce format



Les notifications, un canal désormais incontournable ?
 
PM - Les notifications sont aux applications ce que le mail a pu être pour le site web : une canal de relation client désormais incontournable.
 
Pour beaucoup des clients Airship, notamment les médias dont l’audience est majoritairement mobile, les notifications sont désormais la première source de trafic, devant le SEO. Et une journée sans notification peut impliquer des baisses d’audience de 80% !
 
Plus généralement, les notifications permettent d’avoir des clients ou des utilisateurs deux fois plus fidèles, qui visiteront l’application plus souvent.
 
Un format qui ne se limite plus aux seules applications ?
 
PM - Effectivement, les notifications fonctionnent également dans Messenger, dans les PWA ou sur des navigateurs web tels que Chrome, Firefox ou Safari.
 
Pour l’un de nos clients, Jumia, le Amazon Africain, ces web notifications sont d’ailleurs devenues l’un des tous premiers canaux d’acquisition, au même titre que l’Emailing ou le SEO.
 
Pour d’autres clients, c’est également un excellent levier de rétention, par exemple en cas d’abandon de panier, avec des taux de clic de plus de 25% et des taux de transformation dépassant les 8%.
 
Même si l’audience desktop stagne, c’est un levier dans lequel les marchands peuvent investir, en complément du traditionnel email.
 
Les marques adoptent-elles les notifications multimédia ou interactives ?
 
PM - Nous avons effectivement constaté ces trois dernières années une forte adoption des notifications multimédia, avec des emojis, des images voire de la vidéo, mais également une adoption des notifications interactives avec des boutons réponse intégrés.
 
Ces notifications interactives sont d’ailleurs très pratiques pour proposer de s’inscrire, d’un simple clic, à une offre promotionnelle limitée, avec d’excellents taux d’engagement.
 
Les marques ne peuvent plus multiplier les notifications sur toute leur base, par crainte de générer des désabonnements voire des désinstallations. Par contre, elles ont tendance à investir de plus en plus dans la segmentation de leurs audiences, en isolant des populations ultra qualifiées et ultra réactives à certaines promotions. 
 
Le format peut-il également être utilisé par les médias à des fins publicitaires ?
 
PM - Un blog américain a publié un article la semaine dernière en ce sens mais quand on lit précisément les guidelines Apple, on ne lit pas le mot « advertising » mais les mots « promotion » ou « direct marketing ». 
 
Je ne pense donc pas qu’Apple autorise des médias à exploiter le canal notifications pour des marques tierces, comme ils pourraient le faire avec des bannières. Par contre, Apple explique que les marques peuvent utiliser ce canal pour de l’auto-promotion, sous réserve qu’elles aient le consentement spécifique de leurs utilisateurs.
 
Apple s’aligne ainsi sur la politique de Google, qui interdit également la publicité, mais autorise l’auto-promotion. C’est d’ailleurs la pratique de la majorité de nos clients, qui distinguent «  notifications servicielles » et «  notifications promotionnelles », et qui récoltent un consentement spécifique pour ce genre de campagnes. 



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Technologies | Entretiens | Usages | Business | Revue de web | Focus