Ecran Mobile
Communiqués

5G : selon BearingPoint//Beyond, les fournisseurs de services de communication ne répondent pas aux attentes des entreprises

le Mercredi 12 Février 2020



Un manque de détermination qui creuse le fossé entre FSC et entreprises, tout en compromettant le chiffre d’affaires B2B généré par la 5G

AMSTERDAM--(BUSINESS WIRE)--BearingPoint//Beyond publie aujourd’hui une nouvelle étude suggérant que les fournisseurs de services de communication (FSC) négligent d’élaborer les solutions B2B essentielles au succès commercial de la 5G. L’étude constate également que les entreprises du monde entier sont plus ambitieuses quant au rôle que les FSC joueront dans la 5G que les FSC ne sont eux-mêmes.


La 5G sera la première génération de technologie mobile à avoir un plus grand impact sur les entreprises que sur les consommateurs1. Grâce aux services 5G, les FSC anticipent une hausse moyenne de 15 % de leur chiffre d’affaires B2B à travers l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord, contre moins de 2 %2 de croissance annuelle actuellement. En outre, 75 % des entreprises et des PME considèrent que la 5G va jouer un rôle important pour leurs activités, citant la vitesse, la fiabilité et des solutions plus avancées comme principales raisons.

Un décalage croissant

« Les entreprises veulent acheter des services 5G et les FSC veulent en vendre. Le problème est que les FSC veulent uniquement vendre de la connectivité et des produits standardisés associant connectivité et infrastructure, alors que les entreprises veulent des solutions plus sophistiquées et complètes, qui répondent mieux à leurs besoins et exigent l’intégration de technologies multiples fournies par de multiples acteurs », explique Angus Ward, PDG de BearingPoint//Beyond.

Les FSC doivent s’efforcer d’élargir leur rôle au-delà de la communication, pour fournir les technologies que les entreprises attendent d’eux. Ils doivent collaborer avec leurs clients afin d’innover et créer, ensemble, des solutions plus abouties et sophistiquées en partenariat avec toute une série d’acteurs de leur écosystème, notamment les distributeurs OTT, les grandes entreprises du web, les spécialistes verticaux voire même des concurrents, de façon à répondre aux exigences des entreprises.

« Les FSC doivent apprendre l’art de l’orchestration d’écosystèmes s’ils veulent monétiser la 5G à son plein potentiel », met en garde Angus Ward. « Les entreprises n’ont pas envie de construire ces solutions elles-mêmes. Et bien qu’elles soient en grande majorité volontiers prêtes à travailler avec des FSC, elles ne les attendent pas les bras croisés : elles ont déjà noué des partenariats avec d’autres entreprises afin de résoudre leurs problèmes. Elles n’ont pas de temps à perdre ».

Le point par région

Europe :

  • Les FSC appuient leurs ambitions 5G sur leurs business models 4G, à savoir les services aux consommateurs et la connectivité des entreprises. Un tiers seulement des FSC pensent que leur rôle va s’étendre au-delà de simples offres associant connectivité et infrastructures. Quant à ceux qui s’envisagent comme de futurs orchestrateurs d’écosystèmes, ils ne sont que 10 %.
  • Parmi les entreprises européennes, 92 % pensent que les FSC ont un plus grand rôle à jouer que la simple fourniture de services de communication et de connectivité. Près de sept sur dix attendent des FSC qu’ils élaborent des solutions 5G associant leurs actifs à ceux de divers partenaires.
  • Les entreprises veulent élaborer des solutions 5G avec les FSC, parce que ces derniers sont à même d’orchestrer des écosystèmes, de gérer des programmes complexes et de comprendre la technologie 5G.

« Les FSC européens doivent réinventer leurs visions et leurs modèles d’activité s’ils veulent tirer pleinement parti de cette opportunité », ajoute Angus Ward.

Amérique du Nord :

  • C’est chez les FSC nord-américains que l’on observe le plus de confiance et d’ambition.
  • Plus des trois quarts des FSC conviennent que la création de solutions verticales spécifiques en s’appuyant sur des écosystèmes de partenaires constitue une grande opportunité de la 5G. Ils sont 40 % à s’envisager comme de futurs orchestrateurs d’écosystèmes.
  • Les entreprises nord-américaines sont du même avis : 96 % d’entre elles pensent que les FSC ont un plus grand rôle à jouer. Elles citent l’orchestration d’écosystèmes, la gestion de programmes complexes et la flexibilité pour expliquer leur souhait de travailler avec les FSC au développement d’applications de la 5G.

« Les FSC nord-américains doivent maintenant agir vite, en mettant sur pied les bons partenariats et la bonne plateforme IT, de façon à pouvoir mettre en œuvre l’écosystème propre à répondre aux attentes des entreprises », recommande Angus Ward.

Asie :

  • Les FSC asiatiques accordent plus d’attention aux modèles fondés sur la connectivité 5G qu’aux solutions à plus grande valeur ajoutée. Seuls 17 % d’entre eux s’envisagent comme de futurs orchestrateurs d’écosystèmes.
  • Pourtant, 94 % des entreprises asiatiques pensent que les FSC peuvent faire plus que simplement fournir des services de communication et de connectivité. Près de sept sur dix pensent que les FSC devraient proposer des services sophistiqués en s’appuyant sur un écosystème de partenaires.
  • Ici également, la connaissance de la 5G ainsi que la capacité d’orchestrer des écosystèmes et de gérer des programmes complexes font des FSC des partenaires attractifs pour les entreprises.

« En Asie, les entreprises et les PME sont plus que disposées à travailler sur des solutions 5G avec les FSC. Ces derniers doivent le comprendre, arrêter de tergiverser et agir sans plus attendre », conseille Angus Ward.

C’est MAINTENANT ou jamais

« Avec la 5G, les FSC sont en train d’enfoncer une porte ouverte dans le secteur B2B, puisque 98 % des entreprises européennes, 92 % des entreprises asiatiques et 87 % des entreprises nord-américaines sont disposées à acheter des solutions avancées auprès de leurs FSC. Celles-ci doivent néanmoins répondre aux besoins spécifiques des entreprises. Pour ce faire, les FSC ne disposent que d’une seule solution : orchestrer des écosystèmes de partenaires pour conjointement créer de nouvelles solutions abouties intégrant la 5G », ajoute Angus Ward.

« Si les FSC persistent dans une définition trop restrictive de leur rôle, ils manqueront à coup sûr les grandes opportunités de la 5G dans le secteur B2B. La connectivité ne représente qu’une maigre part – seulement 5 % – du chiffre d’affaires lié à chaque application. En ne se positionnant pas dès maintenant comme des leaders, les FSC font de facto cadeau de la plus grande part des revenus de la 5G à une nouvelle génération de distributeurs OTT. Par ailleurs, le coût beaucoup plus élevé des réseaux 5G signifie qu’ils compromettent ainsi sérieusement leur capacité à monétiser leurs investissements dans la 5G. Les FSC doivent rapidement maîtriser l’art d’orchestrer des écosystèmes s’ils veulent monétiser la 5G à son plein potentiel. S’ils négligent de le faire, des fournisseurs de technologies et des fournisseurs de solutions verticales ne s’en priveront pas. En Asie, les FSC sont déjà perçus comme des partenaires de second choix par les entreprises qui souhaitent exploiter la 5G. En Amérique du Nord et en Europe, ils arrivent respectivement en troisième et quatrième position. Les FSC doivent donc démontrer leur ambition et rattraper le terrain perdu au plus vite car l’inaction leur coûtera des milliards de dollars », conclut Angus Ward.

Pour télécharger un exemplaire gratuit du rapport intitulé « If B2B is the ‘North Star’ for 5G revenues: how do CSPs get there? », rendez-vous sur https://www.bearingpointbeyond.com/en/industries/5g/5g-b2b/.

- FIN -

Méthodologie

BearingPoint//Beyond a commandé une vaste étude originale portant sur les véritables attitudes des FSC et des entreprises à l’égard de la 5G ainsi que du rôle potentiel des FSC dans cette dernière, à travers l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord. Cette étude a été conduite et analysée fin 2019 par le cabinet Coleman Parkes, qui a interviewé 250 décideurs du secteur des technologies, issus de 100 entreprises et 150 PME actives dans des secteurs verticaux tels que la fabrication manufacturière, les services financiers, le commerce de détail, la santé, l’éducation, les transports et les médias. L’étude a également recueilli les réponses de 90 cadres supérieurs au service de FSC.

Rendez-vous au Mobile World Congress 2020

Angus Ward vous attend le mardi 25 février à 15 h 15 (auditorium 5 du hall 4) pour son exposé intitulé « A Next-Gen Network demands a Next-Gen Organization ». Michal Harris, directrice du marketing chez BearingPoint//Beyond, interviendra quant à elle le lundi 24 février à 15 h 45 (auditorium 4 du hall 4), avec un exposé intitulé « Unlocking the Value of Partner Ecosystems ».

À propos de BearingPoint//Beyond

BearingPoint//Beyond est un fournisseur de solutions BSS et de plateformes digitales SaaS, qui aide les organisations à réinventer leur business model et à développer leur chiffre d’affaires en exploitant des plateformes digitales et des écosystèmes de partenaires.

Nos solutions de plateformes digitales sont conçues pour aider les entreprises à expérimenter, lancer et monétiser de nouvelles offres avec rapidité, tout en minimisant les risques et les coûts. Nos solutions les aident aussi à jeter des ponts entre technologies et partenaires, en leur permettant de collaborer, d’innover de concert et de s’étendre à travers un écosystème de partenaires, tout en tirant parti de nouvelles technologies telles que le Cloud, l’Internet des Objets, l’IA, la 5G et bien d’autres encore. Tout ceci rapproche les organisations de leurs clients, en les conduisant vers plus d’efficacité et d’automatisation, et plus d’agilité face à la concurrence. BearingPoint//Beyond appartient à BearingPoint.

À propos de BearingPoint

BearingPoint est un cabinet indépendant de conseil en management et technologie, aux racines européennes et d’envergure mondiale. La société mène ses activités via trois unités opérationnelles. La première couvre le conseil, avec un ciblage clair sur cinq domaines clés visant à porter la croissance dans toutes les régions. La deuxième unité fournit des services gérés basés sur l’IP allant au-delà du modèle SaaS et offre des services critiques aux entreprises afin de les appuyer dans leur réussite. La troisième unité fournit des logiciels assurant une transformation digitale réussie ainsi que le respect de la réglementation. Elle est également conçue pour explorer des business models innovants avec les clients et partenaires, en finançant et en développant des start-ups et en exploitant des écosystèmes.

La liste des clients de BearingPoint comporte de nombreuses entreprises et organisations leaders dans le monde. La société dispose d'un réseau de consultance international fort de plus de 10 000 personnes, et sert des clients dans plus de 75 pays, envers qui elle s'engage à atteindre une réussite mesurable et durable.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter :

Le site BearingPoint//Beyond : https://www.bearingpointbeyond.com
Le site BearingPoint : www.bearingpoint.com
Notre rapport annuel : www.bearingpoint.com/en/about-us/annual-report/
LinkedIn : http://www.linkedin.com/company/bearingpoint
Twitter : @BearingPoint

1 GSMA Intelligence, « The 5G era report », 2017
2 Ovum, « Mobile Subscription and Revenue Forecast Report: 2019-24 »

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.


Contacts

Service presse BearingPoint//Beyond
Michal Harris
Directrice du marketing
Tél. : + 44 (0)79 6637 1449
Courriel : michal.harris@bearingpoint.com



Source : http://www.businesswire.com/news/home/202002120051...


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Veille Twitter | Communiqués | Web Review