Ecran Mobile
Revue de web

Matthieu Daguenet, Little Syster : « Il faut valoriser les entreprises les plus vertueuses en matière de gestion des données personnelles »

Rédigé par Jerome BOUTEILLER le Lundi 13 Septembre 2021



Après l’aventure Vectaury, Matthieu agent est désormais aux commandes de Little Syster, une entreprise dont la vocation est de noter les entreprises dans leur exploitation des données personnelles.

L’article Matthieu Daguenet, Little Syster : « Il faut valoriser les entreprises les plus vertueuses en matière de gestion des données personnelles » est apparu en premier sur MMAF.

Après l’aventure Vectaury, Matthieu agent est désormais aux commandes de Little Syster, une entreprise dont la vocation est de noter les entreprises dans leur exploitation des données personnelles.

Little Syster, un anti « big brother » qui est également … la petite soeur de Vectaury ?

MD – Cela fait effectivement déjà quelques années que nous essayons de faire un internet avec des technologies européennes à la fois performantes et respectueuses des utilisateurs.
C’était un peu la philosophie qu’on avait chez Vectaury mais l’enjeu de Little Syster est d’aller beaucoup plus loin, non pas à l’échelle d’une seule entreprise, mais désormais de toute une industrie.
Pour cela, nous avons créé le « Little Syster Score », un indice qui pose une norme pour le marché, les utilisateurs, les annonceurs et toutes les sociétés technologiques.
On va donc un cran plus loin car l’objectif de Little Syster, c’est d’accompagner citoyens et entreprises vers un numérique responsable et créateur de valeurs, assumant performance et respect des utilisateurs.


Peut-on faire un parallèle avec les agences de rating ? Partagez vous le même business model ?


MD – Oui et l’activité commerciale a débuté en début d’année, avec un indice qui référence plus de 2000 sociétés de services numériques, incluant de grands groupes internationaux comme des adtech européennes.
Notre technologie va scrapper le web, et lire en langage naturel les textes juridiques, vérifier le fonctionnement des cookies et des traceurs, faire des tests de sécurité ou encore vérifier où sont stockées les données.
Tout cela est formalisé sous la forme d’un rapport, que l’entreprise peut utiliser en interne, mais qu’elle peut également valoriser en externe sous forme d’un badge, affichant sa note, un peu à la manière du nutriscore que l’on retrouve en grande consommation.
L’idée n’est pas de contraindre les utilisateurs à partager leurs données. Par contre, si la note est bonne, l’utilisateur sera plus enclin à partager ses données personnelles, ce qui se traduira par une amélioration des taux d’opt’in et un retour sur investissement.


La donnée est présentée comme le pétrole de l’économie numérique. Quel doit être l’équilibre entre son exploitation … et sa protection ?


MD – Nous ne sommes pas des « ayatollah de la donnée », opposés à toute collecte ou exploitation, car on pense qu’elle créé effectivement beaucoup de valeur et qu’elle est très utile.
Mais on voit bien que ce sont les entreprises qui respectent le moins les utilisateurs, qui collectent le plus de données, et qu’à l’inverse, ceux qui font le plus d’efforts, en collectaient très peu.
En faisant le clin d’oeil à Big Brother, Little Syster veut inverser ce paradigme et justement permettre à ceux qui vont le plus d’efforts d’exister face aux grands groupes en position hégémonique.
Il existe aujourd’hui beaucoup d’entreprises qui sont sont vertueuses, qui expliquent ce qu’elles font avec les données, comment elles les utilisent, comment elles les sécurisent, comment elles les partagent, au travers de chartes éthiques ou de transparence. Pour nous, ce sont ces acteurs qui doivent accéder aux données, et pas les moins vertueux.
Pour les utilisateurs, c’est d’ailleurs très compliqué d’y voir clair avec les pop-up de consentement. Ils ne comprennent pas toujours ce qu’est une finalité et l’usage de toutes ces technologies. Avec le score, le badge, et des couleurs simples comme le vert, l’orange ou le rouge, nous voulons aussi lui redonner le pouvoir en l’aidant à choisir ces acteurs les plus vertueux.
Et ce choix pour des entreprises vertueuses, on veut que les utilisateurs puissent le faire à une échelle européenne, mais également au delà, pour que ces valeurs s’imposent progressivement aux sociétés étrangères, qui ont encore des cadres et des normes juridiques différents du nôtre.

L’article Matthieu Daguenet, Little Syster : « Il faut valoriser les entreprises les plus vertueuses en matière de gestion des données personnelles » est apparu en premier sur MMAF.



Source : https://www.mobilemarketing.fr/matthieu-daguenet-l...


Nouveau commentaire :
Twitter

Technologies | Entretiens | Usages | Business | Revue de web | Focus


Inscription à la newsletter

Recherche Archives







Les annonces